Projet 06/18
Image 01/04

Zones de Solidarité - Étude des sites après déconstruction
pour leur aménagement environnemental

DREAL Poitou-Charentes

Mission
Etude - Prospective
Équipe
Julie Colin : Paysagiste (mand.)
Erwan le Cornec : GEOS AEL
Pierre Peeters : HYDRATEC

Activité libérale
2012

La Marina - Charron (photo réalisée par E. Le Cornec le 27 mars 2012)
La Marina - Charron (photo réalisée par E. Le Cornec le 27 mars 2012)
Port des Barques (photo réalisée par E. Le Cornec le 27 mars 2012)
Port des Barques (photo réalisée par E. Le Cornec le 27 mars 2012)
Parcelle acquise via le Fonds Barnier - exemple type
Parcelle acquise via le Fonds Barnier - exemple type
Parcelle acquise via le Fonds Barnier - exemple type
Parcelle acquise via le Fonds Barnier - exemple type

Suite à la tempête Xynthia en 2010, l'Etat a pris le double engagement de racheter et de déconstruire les habitations en zone de grand danger (zone de solidarité). Des pans entiers d'espaces urbains disparaissent, dans des secteurs dont on avait oublié la vulnérabilité.
Charron, Aytré et Port des Barques ont été choisies comme communes-pilotes pour cette étude sur le devenir des terrains déconstruits.

Les enjeux de l'aménagement ou du ré-aménagement tiennent à la fois à la mémoire du risque et à l'absence de mise en danger future des personnes et des biens, mais également à la nécessaire cohérence paysagère et urbaine des sites avec le reste de la commune. Les projets proposés sont le fruit de réflexions transversales, s'inscrivent dans le temps long, combinant quelques actions immédiates et de grandes orientations validées par le plus grand nombre, pour garantir leur durabilité et leur évolutivité.
Un diagnostic complet, fondé sur des rencontres avec de nombreux acteurs locaux et de fréquents repérages sur le terrain, ont permis à l’équipe de poser les enjeux et les contraintes de chaque zone de solidarité, en fonction des caractéristiques urbaines, paysagères, géographiques... de chaque commune.
Un fonctionnement en équipe-projet (associant tous les acteurs du territoire) a permis l’émergence d’une vision partagée, combinant actions immédiates et orientations d’aménagement à long terme, intégrant la persistance du risque.
En fonction des possibilités au cas par cas, il a été proposé la mise en place de pâturages extensifs, de cultures, de boisements, d’espaces naturels protégés, d’espaces semi-naturels d’agrément ou de jardins publics, de cheminements en modes doux, d’aires de stationnements... dans une recherche constante de cohérence paysagère avec l’existant et d’anticipation des évolutions du territoire.